• Auguste Comte et le positivisme (2)

    Pour faire suite à la présentation débutée dans le précédent billet de la pensée de Comte, je vais aujourd'hui  développer sa vision évolutionniste de l'histoire. Il fait reposer sa vision de l'histoire humaine sur trois grandes phases correspondant à trois grandes étapes de la pensée humaine.

    La loi des trois états

    L'esprit humain a traversé trois grandes phases de pensée de l'histoire. Ces différentes phases ont connu des développements plus ou moins rapides selon les différents domaines de connaissance scientifique du monde. Comte lie les phases de développement de l'esprit à une hiérarchie des sciences. Aux sciences inorganiques, la pensée positive est venue plus vite, car ce sont des sciences moins complexes (mathématiques, physique, chimie). Aux sciences organiques (du vivant), plus complexe, la pensée positive doit maintenant accéder.

    Les sociétés humaines se sont toutes développées suivant un processus dynamique invariable passant par trois étapes successives. Les sociétés les plus évoluées sont dans leur dernière phase tandis que les autres doivent y entrer pour leur bien-être : c'est ce qu'on appelle la loi des trois états.

    Etat théologique ou fictif

    les phénomènes s'expliquent par des entités,

    des forces et des êtres surnaturels.

    Déterminisme surnaturel, fétichiste du monde 

    Etat métaphysique ou abstrait

    les phénomènes s'expliquent par des entités, notions abstraites

    comme la Nature, le Droit, etc.

    Déterminisme par les valeurs, des idées

    Etat scientifique ou positif

    les phénomènes s'expliquent par l'observation rigoureuse

    et la définition de lois

    Déterminisme scientifique, positif

     

    L'état théologique se décompose encore en trois stades : l'état fétichiste (totémisme), l'état polythéiste et l'état monothéiste. La coopération sociale prend la forme de l'ordre militaire. L'état métaphysique correspond à la phase de développement des libéraux et des juristes, âge agité, de tensions, ce que Comte appelle les fauteurs de révolution qu'il abhorre. Phase de crise sociale, de tensions, dominées par des idéaux. Enfin, l'état positif correspond à la société industrielle, où la science règne en maître et où les hommes de science constituent les nouveaux prêtres de la religion de l'Humanité.

    Ces phases sont une loi de l'Histoire à laquelle aucune civilisation n'échappe. Le travail du sociologue pour Comte n'est pas tant de comprendre les causes de ce mouvement, que d'instruire les hommes et de les orienter vers cette dernière étape de développement. Si les hommes sont libres, leur liberté réside justement dans leur capacité à passer plus ou moins rapidement aux stades ultérieurs de développement. L'histoire est déterminé ; la liberté de l'homme s'exerce dans sa capacité à précipiter ou freiner la fin de l'Histoire1. Les sciences du vivant doivent donc accéder à la pensée positive.

    Sa hiérarchie des sciences repose sur le postulat de la complexification. Plus on s'éloigne de la matière inorganique, plus le domaine des sciences se complexifie.

     

                                       Du plus simple...                        Mathématiques

                          matière inorganique physique                    physique

                                                                                          chimie

                                          rupture :                                  biologie

                             organique et inorganique

                                                                                          histoire

                                    ... au plus complexe

                                     matière vivante                              sociologie

     

    En fondant la sociologie, Comte se veut le fondateur de la pensée positive de l'histoire de l'humanité. La Sociologie, comme par le passé les sciences de la nature doit révéler les grandes lois qui gouvernent au devenir historique des hommes. Or, pour lui, il n'existe qu'une seule et unique histoire humaine. La variabilité des sociétés s'inscrit dans l'unité de l'histoire humaine. La tâche du sociologue est de repérer et de faire advenir l'état final qu'est l'état positif.

     

    1 Au XIX, la plupart des intellectuels théorise la fin de l'Histoire avec l'avènement de la science, de la démocratie, faisant du progrès social, technique et scientifique le moteur de cette fin heureuse.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Octobre 2010 à 20:54
    Ils sont forts
    Ils sont trop forts les sociologues !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :